En fonction de l’aisance orale des personnes, les discours prononcés lors d’un baptême peuvent être très différents. En effet, il n’existe pas de texte de baptême idéal ou parfait. Mais que le discours soit court ou long le plus important est que celui-ci vienne du cœur ! Et que vous optiez pour un texte spécialement écrit pour votre filleul(e) ou que vous repreniez un texte connu, votre discours sera toujours unique car il aura été choisi par vous.

Découvrez quelques exemples qui vous permettront de puiser votre inspiration :

  • Mon petit Alexis,

Un soir de février ta maman me l’a annoncé
C’est moi qu’elle avait choisi pour toute ta vie t’épauler
Elle m’a demandé d’être ton ange gardien, ta protectrice
d’être ta marraine pour te guider du mieux que je puisse.

Cela fait déjà quelques mois que tu enchantes nos cœurs
avec tes mimiques et tes sourires ravageurs
Dieu et tes parents t’ont donné la vie
et tu ne peux pas imaginer à quel point j’en suis ravie..

A aucun moment j’ai hésité
Pouvoir être ta marraine c’était bien plus que ce que j’espérais
Encore aujourd’hui la nouvelle me comble de joie
Et je remercie tes parents de m’avoir accordé ce bonheur là.

Je ferai au mieux pour être ton guide, ton amie et je l’espère ta confidente
Que les jours soient beaux ou sombres je serai présente…

Petit Alexis ne t’inquiètes surtout pas
Je serai toujours là, auprès de toi

  • Lola,

Lorsque tes parents m’ont demandé si je souhaitais être ta marraine, je n’ai pas hésité ! C’est pour moi un immense bonheur, d’être ici aujourd’hui. Je serai toujours là pour t’aider et te guider. Présente dans tes joies et dans tes peines, pour te prouver à quel point je t’aime.

  • Lucas,

Avant ta naissance, tes parents m’ont demandé d’accepter d’être ton parrain. Ils m’ont donné cette chance, de pouvoir t’accompagner, de devenir ton ami et je l’espère, un jour, ton confident. Lucas, sache que je serais toujours là pour toi et que je ferai de mon mieux, pour te rendre heureux.

  • Émilie,

Lorsque je suis venue te voir à la maternité, j’ai compris que je t’aimerais profondément à jamais. Quelques jours plus tard, cette proposition de devenir ta marraine que j’attendais est arrivée. Quel bonheur ! Tu recevras tout l’amour que je puisse t’apporter pour te soutenir et t’accompagner. Je te souhaite la meilleure des vies dont ont puisse rêver.

 

Découvrez quelques exemples qui vous permettront de puiser votre inspiration :

 

  • Extrait du « Petit Prince » d’Antoine de Saint-Exupéry

C’est alors qu’apparut le renard.
– Bonjour ! dit le renard.
– Bonjour ! répondit poliment le petit prince. Qui es-tu ?
– Je suis le renard, dit le renard.
– Viens jouer avec moi lui proposa le petit prince; je suis tellement triste.
– Je ne puis pas jouer avec toi, dit le renard; je ne suis pas apprivoisé.
– Ah pardon… qu’est-ce que ça signifie, apprivoiser ?
– C’est une chose très oubliée, dit le renard; ça signifie: créer des liens.
– Créer des liens ?
– Bien sûr, dit le renard. Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard à cent mille renards. Mais si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde.
– Je commence à comprendre dit le petit prince.
– On ne connaît bien que les choses qu’on apprivoise, dit le renard. Les hommes n’ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n’existe point de marchands d’amis, les hommes n’ont plus d’amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi.
– Que faut-il faire, dit le petit prince.
– Il faut être très patient, dit le renard. Tu t’assoiras un peu loin de moi, comme ça dans l’herbe, je te regarderai du coin de « œil et tu ne diras rien… Mais chaque jour tu pourras t’asseoir un peu plus près.
Le lendemain revint le petit prince.
– Il eut mieux valu revenir à la même heure, dit le renard. Si tu viens par exemple à 4 heures de l’après-midi, dès 3 heures je commencerai d’être heureux. Plus l’heure avancera, plus je me sentirai heureux. A4 heures déjà je m’agiterai et je m’inquièterai ; je découvrirai le prix du bonheur. Mais si tu viens n’importe quand, je ne saurai jamais à quelle heure m’habiller le cœur. Il faut des rites.
Ainsi le petit prince apprivoisa le renard. Et quand l’heure du départ fut proche :
– Ah dit le renard… je pleurerai.
– C’est ta faute dit le petit prince je ne te souhaitais point de mal, mais tu as voulu que je t’apprivoise…
– Bien sûr dit le renard…
– Alors tu n’y gagnes rien dit le petit prince
– J’y gagne dit le renard à cause de la couleur du blé. Tu reviendras me dire adieu et je ferai cadeau d’un secret.
– Adieu dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux.
– L’essentiel est invisible pour les yeux, répéta le petit prince afin de se souvenir.
– Les hommes ont oublié cette vérité, dit le renard. Mais tu ne dois pas l’oublier. Tu deviens responsable de ce que tu as apprivoisé.

 

  • Extrait « Un enfant  » de Jacques Brel

Un enfant
Ca vous décroche un rêve
Ca le porte à ses lèvres
Et ça part en chantant

Un enfant
Avec un peu de chance
Ca entend le silence
Et ça pleure des diamants
Et ça rit à n’en savoir que faire
Et ça pleure en nous voyant pleurer
Ca s’endort de l’or sous les paupières
Et ça dort pour mieux nous faire rêver.

Un enfant
Ca écoute le merle
Qui dépose ses perles
Sur la portée du vent

Un enfant
C’est le dernier poète
D’un monde qui s’entête
A vouloir devenir grand
Et ça demande si les nuages ont des ailes
Et ça s’inquiète d’une neige tombée
Et ça croit que nous sommes fidèles
Et ça se doute qu’il n’y a plus de fées.

 

Et vous ? Quel a été le discours que vous avez prononcé lors du baptême de votre filleul(e) ?